Rénovation des sièges de Comeodia à Lyon

Mercredi 18 mai 2016

Cette salle de cinéma, créée par Jules Melchior Pinard il y 100 ans, comportait 561 places.  Revendue en 1924 à Emile Peyre, qui le rebaptise Comoedia, sa capacité passe de 561 à 900 places un an plus tard. Lorsque Rémi Lapouble épouse la fille d’Emile Peyre, il devient le nouveau directeur du cinéma, alors qu’il n’est qu’un simple employé d’un cinéma concurrent. C’est notamment sous son impulsion que la salle s’équipe d’installations sonores en 1930.

Quand éclate la seconde guerre mondiale, le Comoedia connaît ses heures les plus tristes. D’abord réquisitionné en 1942 par l’armée allemande pour divertir ses soldats, il est détruit sous les bombardements alliés le 26 mai 1944, car situé devant le siège de la Gestapo. Dès la Libération, Rémi Lapouble débute la reconstruction du cinéma et l’inaugure en 1949. Mais ce n’est qu’à partir des années 1960 que le Comoedia connaît enfin son âge d’or. Un nouveau procédé qui lui assure l’exclusivité des films en 70 mm et la qualité exceptionnelle pour l’époque de l’image projetée sur un écran grand de 100 m² attire les foules. Forts de leur succès, les chefs-d’œuvre du 7e Art restent ainsi des mois à l’affiche. Les plus grands acteurs et cinéastes français et francophones se bousculent pour présenter leurs films et assister à leur avant-première. Les fils Lapouble, qui ont repris les affaires de leur père, tiennent également à défendre le cinéma d’auteur français, comme Truffaut, Resnais et Tati. Les années 1970 et 1980 marquent une nouvelle ère de modernisation du Comoedia. En effet, il se dote, dans un premier temps, de deux salles supplémentaires, puis en 1987, trois autres salles portent la capacité du cinéma à six écrans. En 1979, c’est le Dolby Stéréo qui est lancé. Au début des années 1990, les Lapouble revendent le Comoedia au groupe UGC, qui exploite les grands films étrangers en version originale. Le 30 décembre 2003, le cinéma ferme malheureusement ses portes. Cependant, il ne disparaît pas et rouvre en 2006 pour renouer avec sa gloire passée. Aujourd’hui, de nombreux artistes continuent à faire la promotion de leurs films, pour le plus grand bonheur des passionnés de cinéma. Avant ou après le film, les spectateurs peuvent même prendre un verre et se restaurer au Bistrot Comoedia, où ils découvrent une carte aux produits régionaux et aux plats faits maison, dignes de la gastronomie lyonnaise. Techno Logistique a rénové les sièges du cinéma Comoedia à Lyon.